Bodian, le Balotelli de l'Ariane

 

S'il avait été plus sérieux, de nombreuses personnes disent de lui qu'il aurait joué bien plus haut. Mais Mamadou « Mam's » Bodian est comme les soldes. Ni repris ni échangé. L'attaquant de 26 ans est un homme à part. Et si ce fan de Balotelli fait aujourd'hui les beaux jours de Saint-Sylvestre en PHA, il rend complètement fou ceux qui le côtoient. Autant attachant qu'énervant.


Un jour, je vois sur Snapchat qu'il est en soirée jusqu'à 7 heures du matin, et le lendemain je vois sur Actufoot qu'il a mis un triplé. Il m'a choqué. J'ai proposé à Olivier de lui payer des sorties. Ce n'est pas sûr que la proposition d'Abou Diamougue soit acceptée par Olivier Ferrandes, l'entraîneur de Saint-Sylvestre (PHA). Mais les propos de l'ancien capitaine de la Trinité résument surtout à eux seuls Mamadou Bodian. Un type plein de qualités mais pas suffisamment sérieux. Il pourrait jouer plus haut. C'est un mystère. C'est un très bon attaquant qui n'est pas conscient de ses capacités. Sur un essai, il fait un match de fou et finit en Ligue 1, poursuit Diamougue, désormais défenseur en D2 slovaque, qui a côtoyé « Mam's » à la Trinité. Mais il avait une malédiction devant les cages. On avait l'impression que s'il marquait, il mourrait.

Depuis ces années du côté du Rostit, Bodian a trouvé le chemin des filets. Sur les deux dernières saisons, il a mis ses 10-12 buts, rappelle Olivier Ferrandes. À Saint-Sylvestre, le technicien a été accompagné par l'attaquant, en provenance de la Trinité. On avait signé pour jouer en 1re division. On a été repêché en PHB, et on est monté de suite en PHA, rembobine l'entraîneur. Un homme qui a marqué la carrière du natif de l'Ariane. Je loupais pas mal d'entraînements. Olivier m'a pris en main. C'est devenu mon coach fétiche. Il a été important pour moi. Il a beaucoup donné. Avec lui, je suis à l'écoute. Il me donne de bons conseils, pour me canaliser. Il arrive à trouver les mots justes, apprécie Bodian. Je l'ai connu à la Trinité. Il jouait en équipe 2, car il ne venait pas à l'entraînement et il n'avait pas de discipline, justifie le coach. Je l'ai fait monter en DHR, car il y a eu une hécatombe. J'ai discuté avec lui. Depuis, il est plus sérieux. Les deux hommes sont devenus amis.

" J'aimerais mettre 15-20 buts "

Mais ça n'empêche pas Mamadou Bodian de rester entier. Inchangeable. J'aime bien rigoler. Quand il faut être sérieux, j'essaie de l'être, sur le terrain. Mais j'ai du mal à le rester, convient l'intéressé. Il a une joie de vivre. D'ailleurs, des fois, c'est la guerre, car il est trop dans l'ambiance. Et c'est un gros boudeur. Quand il n'est pas d'accord, il se met dans son coin, évoque Férandes. Ça ne dure jamais longtemps. Et ce n'est jamais méchant. Et l'attaquant, qui a fait ses gammes dans les rues de l'Ariane puis au Cavigal, retrouve son rôle. Celui d'ambianceur du vestiaire de Saint-Sylvestre. C'est lui qui met la musique, indique son coach. Hip-hop, rap, rnb, les styles sont variés. La bonne humeur toujours de mise.

Surtout quand le club de Nice-Nord aligne les victoires, comme les quatre dernières obtenues fin 2016. Mamadou Bodian, lui, enchaîne les bonnes prestations. Attaquant percutant et rapide, il a déjà obtenu cinq étoiles Actufoot et inscrit quatre buts. C'est un joueur important dans le jeu, précise Férandes. J'ai beaucoup plus joué pour mes coéquipiers que moi. J'ai donné plus de passes décisives. J'ai envie de marquer. Quatre buts, ce n'est pas suffisant. J'espère marquer entre 15 et 20 buts, envisage le joueur. Des stats qui lui permettraient, peut-être, d'être sur les traces de son idole. Un certain Mario Balotelli. C'est mon joueur préféré. Il fait une bonne saison. Quand il marque des buts, j'aime bien la façon dont il exprime sa joie. Il n'est pas comme les autres joueurs, il est hors du commun, analyse-t-il. Comme lui, il est nonchalant, rigole Ferrandes. L'Ariane aussi a son Balotelli.


Propos recueillis sur le site internet d'actufoot

création de site internet avec : www.quomodo.com